27
Jul

2015 : l’Insee confirme le scénario de croissance du gouvernement

Après des années moroses, l’économie française retrouvera ses couleurs en 2015 : c’est ce qu’a affirmé et a prévu Bercy. Cette prévision est confirmée par l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) qui a, en effet, publié des chiffres plutôt optimistes en ce qui concerne la croissance française pour cette nouvelle année 2015.

Croissance économique : quand l’Insee se range du côté du gouvernement

Selon la note de conjoncture de l’Insee, la France connaîtra une croissance de 0,3 % du PIB aux deux premiers trimestres de 2015. insee_1Toujours d’après les économistes de l’Insee, le gain de croissance pour 2015 serait supérieur à 0,7 % dès juin ! Aussi, si le PIB progressait de 0,3 % aux deux derniers trimestres de l’année, la prévision du ministère de l’Économie et des Finances serait atteinte. (Ce dernier a en fait prévu une croissance de 1 % pour l’année prochaine).

La croissance prévue en France s’explique principalement par deux facteurs : la diminution du prix du pétrole ainsi que la dépréciation de l’euro. Évidemment, cette double baisse optimisera le pouvoir d’achat et par la suite la consommation des ménages. Néanmoins, d’autres facteurs susceptibles de favoriser la croissance sont également invoqués : aides publiques aux entreprises, diminution des pressions fiscales et des taux d’intérêt, et stabilité des dépenses de logement des ménages.

Malheureusement, une hausse du taux de chômage est également prédite par l’INSEE. D’après l’institut de la statistique, ce taux atteindra 10,6 % à la mi-2015 (contre 10,4 % en moyenne au troisième trimestre de cette année). Cette prévision va donc à l’encontre de l’objectif de François Rebsamen, le ministre du Travail. Rappelons qu’en juin dernier, ce dernier avait déclaré son intention de maintenir le taux de chômage sous le seuil des 10 % pour cette année 2014. Il a même affirmé que l’année prochaine, le taux de chômage sera en baisse !

Des facteurs qui peuvent fausser la prévision plutôt optimiste de l’INSEE

Malgré les prévisions plutôt optimistes de l’INSEE, la France ne doit pas se réjouir trop vite ! En effet, comme toujours, les entreprises vont certainement attendre que les évènements surviennent avant d’agir et d’investir. insee_2Aussi, même si l’environnement sera propice à l’affaire et les marges redressées, leur investissement n’évoluera que très légèrement au début de l’année à venir.

Par ailleurs, si la consommation des foyers devait augmenter très vite (de 1 % entre juin 2014 et juin 2015) ce n’est pas le cas pour le pouvoir d’achat. Aussi, tous les ménages devront toujours gérer prudemment leurs portefeuilles !

Enfin, le climat international et plus particulièrement la situation des partenaires commerciaux de France est susceptible de changer la donne. L’INSEE a par exemple invoqué le cas de la Russie, pays vers lequel la France exporte chaque année. Selon lui, si cette dernière perd 3 points de son PIB, la France en perd 0,1 point.

Partage l'actu !

Ajoute un commentaire